PLOËMEL : 39/45

GUEGUEN Louis Sébastien

Né le 04/06/1916 à Quiberon.

  • fait prisonnier de guerre au moment de l’armistice dans la région de Nantes,  il s’évade du camp et passe en zone libre sous le pseudonyme de Charlot Dumoulin, nommé instituteur en 1941 à Saint Sauveur près d’Argelès Gazost, il revient en zone occupée au printemps 1942 et est nommé à Saint Gouvry  près de Rohan puis à Evriguet en octobre 1943,
  • Il entre dans la résistance avec son beau-père André GUILLO (voir ci dessous) et le frère de ce dernier Téophile, il est arrêté comme otage le matin du 20 janvier 1944 lors de la rafle de Guilliers., déporté de Compiègne le 22 mars 1944 vers le KL Mauthausen le 25 mars 1944, Matricule: 60034. Il décède  le 4 mai 1945 à Gusen en Autriche.

MPLF le 04/05/1945.

Tombe : carré 4 rang 5, tombe n° 11 à partir de l’allée centrale.  Sur la plaque est également gravé le nom de André GUILLO adjudant-chef de gendarmerie (Capitaine FFI) ci dessous. La plaque est posée sur la tombe de la famille LE DREVO.

 …

GUILLO André Emile  Louis

photo bp/bp-5766552.jpg

Né le 23/1/1899 à Ploemel, fils de  Joseph Marie GUILLO et de Marie Ambroisine LE PRADO, marié le e 11 février 1922 avec Marie Joséphine LE FLOCH (veuve de LE DREVO voir onglet 14/18).

  • il entre dans la résistance en avril 1942 (pseudonyme « CHIM ») sous le commandement du chef d’escadron GUILLAUDOT (gendarmerie de Vannes), il entreprend en 1943 le recrutement d’une compagnie de forces françaises de l’intérieur (FFI) dont il prend le commandement. Nommé capitaine dans la résistance le 1 mars 1944, Il cache chez lui un dépôt de munitions et héberge Jean Cholet, officier instructeur  parachuté par Londres avec son chien, un berger allemand.
  • il est arrêté le 31 mars 1944 à son domicile (la caserne de gendarmerie de Pontivy), suite à une dénonciation, puis emprisonné à Rennes. Il fait partie du dernier convoi de déportés parti de Rennes vers l’Allemagne le 3 Août 1944, arrivé le 15 août à Belfort il est dirigé le 29 août 1944 vers NEUENGAMME, matricule (43798) ; il est porté disparu  le 16/04/1945.

MPLF le 16/04/1945,

Il est titulaire de nombreuses décorations dont la légion d’honneur à titre posthume au grade de chevalier, de la Médaille commémorative de la Grande Guerre, de la Médaille interalliée dite de la Victoire, de la Croix des services militaires volontaires, de la Croix du combattant volontaire avec barrette 1914/1918 et de la Croix de guerre 1939/1945 avec palme. 

Tombe: carré 4, rang 8, tombe n° 7 à partir de l’allée centrale. Son nom est également gravé sur une plaque avec Louis GUEGUEN son beau-fils ci dessus .

GUILLO Joseph

PLOEMELJGUILLO PLOEMELGUILLOJOSEPH

Né le 10/10/1923 à Argentré du Plessis (35), fils de Théophile GUILLO.

  • résistant, il est arrêté le 08 mars 1944 par la Gestapo suite à une dénonciation, au hameau de Guinard à Ploërmel, en compagnie de René Chantrel et Paul Éon, au cours d’un déplacement de containers d’armes. Incarcéré à Rennes, il est dirigé vers Compiègne puis déporté vers Neuengamme ( Matricule: 39910)  le 28 juillet 1944; Il décède sous les yeux de son père dans la tragédie du cap Arcona dans la baie de Lübeck  le 03 mai 1945

MPLF le 03/05/1945. Plaque sur tombe

Tombe :  carré 2, rang 5,  tombe n°3 à partir de l’allée centrale.

LE CHEVILLER Eugène François Marie

Né le   25/04/1920  à Ploëmel, fils de François Marie Le Cheviller, décédé, et de Marie Josèphe Guillam, journalière. Célibataire,  il exerçait la profession de couvreur. Il est  domicilié à Ploërmel.

  • ll s’engage dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI) au sein du 2e Bataillon FFI du Morbihan commandé par Yves Le Garrec [pseudonyme dans la Résistance : commandant Yves]. Le 23 août 1944, son groupe positionné avec des mitrailleuses, rue des quais à Étel, fut repéré depuis le haut du château d’eau par des soldats allemands qui tirèrent au mortier. Eugène Le Cheviller fut grièvement blessé et mourut quelques heures plus tard à l’hôpital d’Auray.militaire de carrière, il décède le 23 août 1944 à Auray des suites de ses blessures au combat.

Il a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI.

MPLF le 23/08/1944, acte de décès transcrit à la mairie de Ploëmel le 05 octobre 1944.

Tombe :  carré 4, rang 3, tombe n° 7 à partir de l’allée centrale.

 

Page suivante : Ploëmel : tombes et cimetière